Temps de lecture : 6 minutes

Lire l'histoire complète de "La visite de la Bienheureuse Vierge Marie"

La fête

La fête a été instituée par le pape Urbain VI en 1389, dans le but de mettre fin au Grand Schisme par l'intercession de Marie. Il a ses débuts à Byzance, le 2 juillet, lors de la lecture de l'Evangile de la visite de Marie à Elisabeth, en la fête de la "Déposition dans les Blachernes (basilique) du Saint Vêtement de la Theotokos". Les Franciscains adoptèrent cette fête mariale, mais en firent la Visitation de Marie en 1263. Après la réforme liturgique du Concile Vatican II, la fête fut fixée au 31 mai, à la fin du mois dédié à Marie.

« En ces jours-là, Marie partit dans les montagnes et courut vers une ville de Juda. Entrant dans la maison de Zacharias, elle salua Elizabeth. Dès qu'Elizabeth a entendu la salutation de Mary, le bébé a bondi dans son ventre. Elisabeth fut remplie du Saint-Esprit et s'exclama d'une voix forte : 'Tu es bénie entre les femmes et béni est le fruit de tes entrailles !' ». (Lc 1, 39-42 ; 46-47)

La course

Per una sorta d’impulso interiore, la Vergine Maria corre dalla cugina Elisabetta.

Il peut y avoir de nombreuses raisons qui ont poussé la Vierge Marie à entreprendre ce voyage. L'envie de se mettre au service de sa cousine Elisabeth, sachant qu'elle attendait un enfant à un âge avancé, comme l'envie de lui communiquer ce qui lui est arrivé, sachant qu'il est plus facile de se comprendre entre femmes « visitées » par l'ange. Dans cette « course », Marie se révèle femme missionnaire (en apportant et partageant la joie de l'annonce) et femme de charité (en se mettant au service de sa cousine âgée).

Mais rien n'empêche de penser qu'il y avait aussi le "saint désir" d'aller voir le "signe" que l'Ange lui avait indiqué : "Ed ecco Elisabetta, tua parente, nella sua vecchiaia ha concepito anch’essa un figlio e questo è il sesto mese per lei, che era detta sterile: nulla è impossibile a Dio” (Lc 1,36-37).

In fondo anche i pastori, in fretta, andarono a vedere “il segno” che gli angeli annunciarono loro nella notte di Natale: “Questo per voi il segno: troverete un bambino avvolto in fasce, che giace in una mangiatoia» (Lc 2,12). A conferma che Maria non sottovaluta i “segni” che Dio le offre.

La rencontre entre deux mères

La scena del vangelo raccorda le due “annunciazioni”, ad Elisabetta e a Maria: due donne e due promesse. E non appena sente il saluto di Maria, il bimbo in grembo di Elisabetta comincia a “danzare”.

Il Messia Gesù, non ancora nato ma presente nel grembo della madre Maria, incontra il precursore, profeta presente egli pure nel grembo della madre Elisabetta e, riconosciuto, causa la gioia, l’esultanza, la danza, come quella di David davanti all’arca della presenza del Signore (cf. 2Sam 6,12-15).

De la louange au service

Et le chant de louange, le Magnificat, qui raconte le renversement de la logique humaine, où les derniers deviennent premiers, ne reste pas lettre morte, mais prend vie dans le service.

Prière du Bienheureux Charles de Foucauld

Marie, Mère soucieuse de la Visitation,
apprends-nous à écouter la Parole,
une écoute qui nous fait sursauter et, rapidement,
il nous oriente vers toutes les situations de pauvreté
dove è necessaria la presenza del Figlio tuo.

Insegnaci a portare Gesù,
silencieusement et humblement, comme Tu l'as fait !
Nos fraternités (familles) sont au milieu
à ceux qui ne le connaissent pas
répandre son Evangile
en témoigner non pas avec des mots mais avec la vie ;
ne pas l'annoncer mais le vivre !

Apprends-nous à voyager simplement
comme tu l'as fait,
con lo sguardo sempre fisso su Gesù
présent dans ton ventre :
le contempler, l'adorer et l'imiter.

Marie, femme du Magnificat,
apprends-nous à être fidèles à notre mission :
portare Gesù alla gente!

Ô Mère bien-aimée, c'est ta propre mission,
la prima che Gesù ti ha affidato
et que vous avez daigné partager avec nous.

Aidez-nous et intercédez pour nous afin que nous fassions
ce que tu as fait dans la maison de Zacharie :
glorificare Dio e santificare le persone in Gesù,
merci à lui et pour lui ! Amen!

Après l'annonce de l'Ange, Marie il voyage"hâtivement", dit l'évangéliste Luc (1,39) : "En ces jours-là, Marie partit dans les montagnes et se précipita vers une ville de Juda», pour rendre visite à sa cousine Elizabeth et la servir.

Aggregandosi probabilmente ad una carovana di pellegrini che si recano a Gerusalemme, attraversa la Samaria e raggiunge Ain-Karim, in Giudea, dove abita la famiglia di Zaccaria. È facile immaginare quali sentimenti pervadano il suo animo alla meditazione del mistero annunciatole dall’angelo. Sono sentimenti di umile riconoscenza verso la grandezza e la bontà di Dio.

Maria magnifie le Monsieur qui travaille en elle: "L’anima mia magnifica il Signore ed il mio spirito esulta in Dio mio Salvatore” (Lc 1,46). Con queste parole Maria per prima cosa proclama i doni speciali a lei concessi, poi enumera i benefici universali con i quali Dio non cessò di provvedere al genere umano per l’eternità.

La presenza del Verbo incarnato in Maria è causa di grazia per Elisabetta che, ispirata, avverte i grandi misteri operanti nella giovane cugina, la sua dignità di Madre di Dio, la sua fede nella parola divina e la santificazione del precursore, che esulta di gioia nel seno della madre. Maria rimane presso Elisabetta fino alla nascita di Jean le Baptiste, attendant, probablement, encore huit jours pour le rituel de dénomination.

En acceptant ce calcul de la période passée avec sa cousine Elisabeth, la Fête de la Visitation, d'origine franciscaine (les Frères Mineurs la célébraient déjà en 1263), était célébrée le 2 juillet, c'est-à-dire à la fin de la visite de Marie. Il aurait été plus logique de situer sa mémoire après le 25 mars, fête de l'Annonciation, mais il a été décidé d'éviter qu'elle ne tombe dans la période du Carême.

Fu poi Urbano VI (Bartolomeo Prignano, 1378-1389) ad estendere la festa a tutta la Chiesa latina per propiziare, con l’intercessione di Maria, la pace e l’unità dei cristiani divisi dal grande scisma d’Occidente.

Le synode de Bâle, dans sa séance du 10 juillet 1441, confirme la fête de la Visitation, initialement non acceptée par les États qui se sont rangés du côté de l'antipape.

Calendrier liturgique

Le calendrier liturgique actuel, ne tenant pas compte de la chronologie suggérée par l'épisode évangélique, a abandonné la date traditionnelle du 2 juillet (dans les temps anciens la Visitation était également commémorée à d'autres dates) pour fixer son souvenir au dernier jour de mai, comme le mois suprême que la dévotion populaire consacre au culte particulier de la Vierge.

"Dans l'incarnation– a commenté saint François de Sales – Maria si umilia confessando di essere la serva del Signore…Ma Maria non si indugia ad umiliarsi davanti a Dio perché sa che carità e umiltà non sono perfette se non passano da Dio al prossimo. Non è possibile amare Dio che non vediamo, se non amiamo gli uomini che vediamo. Questa parte si compie nella Visitazione".

Visitazione Beata Vergine Maria
Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie 2

la source gospeloftheday.org


Faites don de vos 5x1000 à notre association
Cela ne vous coûte rien, cela vaut beaucoup pour nous !
Aidez-nous à aider les petits patients atteints de cancer
vous écrivez:93118920615

Derniers articles

Dio Padre
23 Aprile 2024
La Parola del 23 aprile 2024
argyle socks, feet, red shoes, scarpette rosse e calzettoni
22 avril 2024
Le scarpette rosse
la porta di Dio
22 avril 2024
La Parole du 22 avril 2024
un tranviere, un vigile urbano, un ferroviere, e un fornaio che ridono insieme
21 avril 2024
Ce n'est pas dimanche pour tout le monde
pecore e capre
21 avril 2024
La Parole du 21 avril 2024

Évènements à venir

×