Salutations inconfortables de Don Tonino Bello

Chers amis, je n'obéirais pas à mon devoir d'évêque si je disais "Joyeux Noël" sans vous déranger.
Moi, d'un autre côté, je veux t'embêter.

En fait, je ne supporte pas l'idée de devoir envoyer des salutations formelles inoffensives imposées par la routine du calendrier.
Je flatte même l'hypothèse que quelqu'un les rejette à l'expéditeur comme indésirables. Joyeux anniversaire maladroit, alors, mes chers frères!

Jésus qui est né d'amour vous donne la nausée d'une vie égoïste, absurde sans poussées verticales et vous permet d'inventer une vie pleine de don, de prière, de silence, de courage.

Que l'Enfant qui dort sur la paille vous ôte le sommeil et rende l'oreiller de votre lit aussi dur qu'un rocher, jusqu'à ce que vous ayez accueilli un expulsé, un Marocain, un pauvre passant.
Que Dieu qui devient un homme vous fasse vous sentir comme des vers à chaque fois que votre carrière devient l'idole de votre vie, le dépassement, le projet de vos journées, le dos de votre voisin, un instrument de votre ascension.

Que Marie, qui ne trouve le berceau dans lequel déposer tendrement le fruit de son ventre que dans la bouse animale, vous oblige de ses yeux blessés à suspendre le désir de toutes les berceuses de Noël, jusqu'à ce que votre conscience hypocrite accepte que la poubelle, l'incinérateur de une clinique devenue une tombe sans croix d'une vie refoulée.

Giuseppe, qui face à mille huis clos est le symbole de toutes les déceptions paternelles, trouble les gueules de bois de vos dîners, reproche la tiédeur de vos parties de bingo, provoque des courts-circuits au gaspillage de vos illuminations, jusqu'à ce que vous vous laissiez mis en crise par la souffrance de tant de parents qui versent des larmes secrètes pour leurs enfants sans chance, sans santé, sans travail.

Puissent les anges qui annoncent la paix apporter encore la guerre à ta quiétude endormie incapable de voir qu'à un peu plus d'un travée, avec la circonstance aggravante de ton silence complice, des injustices sont perpétrées, des personnes sont expulsées, des armes sont fabriquées, les la terre est militarisée des humbles, les peuples sont condamnés à l'extermination par la faim.

I poveri che accorrono alla grotta, mentre i potenti tramano nell’oscurità e la città dorme nell’indifferenza, vi facciano capire che, se anche voi volete vedere “una gran luce” dovete partire dagli ultimi.

Que les aumônes de ceux qui jouent sur la peau des gens sont des tranquillisants inutiles.

Que les bergers qui veillent la nuit, « gardent le troupeau », et scrutent l'aurore, vous donnent le sens de l'histoire, le frisson de l'attente, la joie de l'abandon en Dieu et vous inspirent le profond désir de vivre pauvre qui est le seul moyen de mourir riche.

Joyeux Noël! Sur notre vieux monde mourant, y naître espoir.

Salutations inconfortables de Don Tonino Bello
Souhaits inconfortables de Don Tonino Bello
Avatar de Remigio Ruberto

Salut, je suis Remigio Ruberto, père d'Eugenio. L'amour qui me lie à Eugenio est intemporel et sans espace.

Laisser un commentaire