Tempo di lettura: 11 minuti

Lisez l'histoire de saint Antoine de Padoue

Prêtre et "Docteur Evangélique» (1195-1231)

Antonio di Padova (in portoghese António de Lisboa), al secolo Fernando Martim de Bulhões e Taveira Azevedo, nasce a Lisbona il 15 agosto 1195 da nobile famiglia portoghese discendente dal crociato Goffredo di Buglione.

A quinze ans, il est novice au monastère de San Vincenzo à Lisbonne, puis il s'installe au monastère de Santa Croce à Coimbra, le plus grand centre culturel du Portugal appartenant à l'Ordre des chanoines réguliers de Sainte-Augustine, où il étudie les sciences et la théologie auprès d'excellents professeurs, se préparant à l'ordination sacerdotale qu'il recevra en 1219 à l'âge de vingt-quatre ans.

Quando sembra dover percorrere la carriera del teologo e del filosofo, decide di lasciare l’ordine agostiniano. Fernando, infatti, non sopporta i maneggi politici tra i canonici agostiniani e re Alfonso II, in cuor suo anela ad una vita religiosamente più severa.

Son vœu se réalisa quand, en 1220, les corps de cinq frères franciscains arrivèrent à Coimbra, décapités au Maroc, où ils étaient allés prêcher sur ordre deFrançois d'Assise. Quando i frati del convento di monte Olivares arrivano per accogliere le spoglie dei martiri, Fernando confida loro l’aspirazione a vivere nello spirito del Vangelo.

Ayant obtenu la permission du provincial franciscain d'Espagne et du prieur augustinien, Fernando entre ainsi dans l'ermitage des Mineurs et fait immédiatement sa profession religieuse, changeant son nom en Antonio en l'honneur de l'abbé ermite égyptien.

Anelando al martirio, subito chiede ed ottiene di partire missionario in Marocco. È verso la fine del 1220 che s’imbarca su un veliero diretto in Africa, ma durante il viaggio è colpito da febbre malarica e costretto a letto. La malattia si protrae e in primavera i compagni lo convincono a rientrare in patria per curarsi. Secondo altre versioni, Antonio non si fermò mai in Marocco: ammalatosi appena partito da Lisbona, la nave fu spinta da una tempesta direttamente a Messina, in Sicilia.

Soigné par les franciscains de la ville, il guérit en deux mois. A la Pentecôte, il est invité au Chapitre général d'Assise ; il arrive avec d'autres franciscains à S. Maria degli Angeli où il a l'occasion d'écouter François, mais pas de le connaître personnellement.

Il ministro provinciale dell’ordine per l’Italia settentrionale gli propone di trasferirsi a Montepaolo, presso Forlì, dove manca un sacerdote che dica la messa per i sei frati residenti nell’eremo composto da una chiesolina, qualche cella e un orto; Antonio accetta.

Pendant environ un an et demi, il vit dans la contemplation et la pénitence, accomplissant, par désir personnel, les tâches les plus humbles, jusqu'au jour où il descend en ville avec ses frères pour assister, dans l'église de S. Mercuriale, à l'ordination des nouveaux prêtres de l'ordre et là il prêche en présence d'un vaste public, également composé de notables.

Depuis lors, Antonio s'est vu confier le rôle de prédicateur et d'enseignant par Francesco lui-même, qui lui écrit une lettre recommandant, cependant, de ne pas perdre l'esprit de sainte prière et de dévotion.

Il commence à prêcher en Romagne, continue dans le nord de l'Italie, utilise sa parole pour combattre l'hérésie (on l'appelle aussi "le marteau des hérétiques”) Cathare en Italie et Albigeois en France, où il arriva en 1225. Entre 1223 et cette dernière date, en effet, il jeta les bases de l'école théologique franciscaine, enseignant au couvent bolognais de S. Maria della Pugliola.

Quando è in Francia, tra il 1225 e il 1227, assume un incarico di governo come custode di Limoges. Mentre si trova in visita ad Arles, si racconta gli sia apparso Francesco che aveva appena ricevuto le stigmate.

En tant que gardien, il participa au Chapitre général d'Assise en 1227 où le nouveau ministre de l'Ordre - Francesco mourut entre-temps - fut Giovanni Parenti, le provincial d'Espagne qui l'avait accueilli des années plus tôt parmi les Mineurs et qui le nomma provincial de nord de l'Italie.

Antonio ouvre de nouvelles maisons, visite les couvents pour connaître personnellement tous les frères, contrôle les Clarisses et le Tiers-Ordre, se rend à Florence, jusqu'à ce qu'il fixe sa résidence à Padoue et en deux mois rédige leSermons du dimanche.

A Padoue il obtient la réforme du code statutaire républicain grâce à laquelle un débiteur insolvable, mais sans faute, après avoir vendu tous ses biens ne peut lui aussi être emprisonné. De plus, il tient tête à Ezzelino da Romano, surnommé le Féroce et qui, en une seule journée, fit massacrer onze mille Padouans qui lui étaient hostiles, afin de libérer les dirigeants guelfes emprisonnés.

Pendant ce temps, il écrit aussi jeSermons pour les fêtes des Saints, dans lequel il approfondit les thèmes qui lui sont les plus chers : les préceptes de la foi, la moralité et la vertu, l'amour de Dieu et la pitié envers les pauvres, la prière et l'humilité, la mortification et il invective l'orgueil et la luxure, l'avarice et l'usure dont il est un ennemi acharné.

C'est un mariologue, partisan convaincu de l'Assomption de la Vierge, à la demande du pape Grégoire IX (Ugolino dei Conti di Segni, 1227-1241) en 1228 il tient les sermons de la semaine de Carême et par ce même Pp il est en appel"Arche du Testament”. On dit que les sermons se déroulaient devant une foule cosmopolite et que chacun l'entendait parler dans sa propre langue.

Pendant trois ans Antonio voyage inlassablement, il est fatigué, asthmatique et gonflé d'hydropisie, il revient à Padoue et ses sermons pour le Carême de 1231 sont mémorables.

Per riposarsi si ritira a Camposampiero, vicino Padova, dove il conte Tiso, che aveva regalato un eremo ai frati, gli fa allestire una stanzetta tra i rami di un albero di noce.

De là, Antonio prêche, mais descend aussi se confesser et le soir il retourne dans sa cellule dans l'arbre. Une nuit, le comte Tiso, parti voir Antonio, est attiré par une grande lumière qui sort de son refuge et est témoin de la visite que l'Enfant Jésus fait au Saint.

Le vendredi 13 juin à midi, Antonio se sent faible et demande aux confrères de l'emmener Padoue, dove vuole morire. Caricato su un carro trainato da buoi, alla periferia della città le sue condizioni si aggravano al punto che si decide di ricoverarlo nel vicino convento dell’Arcella, dove muore in serata; si racconta che mentre stava per spirare ebbe la visione del Signore.

Dans les jours qui ont suivi sa mort, ils se sont déchaînés »guerres intestines” tra il convento dove era morto che voleva conservarne le spoglie e quello di S. Maria Mater Domini, il suo convento, dove avrebbe voluto morire. Durante la disputa si verificano persino disordini popolari, infine, il padre provinciale decise che la salma sarebbe stata portata a Mater Domini.

Non appena il corpo giunse a destinazione iniziarono i miracoli, alcuni documentati da testimoni.

Même dans la vie, en réalité, Antonio avait accompli des miracles tels que des exorcismes, des prophéties, des guérisons, y compris rattacher une jambe coupée, ou faire retrouver le cœur d'un avare dans un cercueil, rendre inoffensifs les aliments empoisonnés, prêcher aux poissons, forcer une mule s'agenouiller devant l'Hostie. Ses miracles - dans la vie et après la mort - ont inspiré de nombreux artistes dont Titien et Donatello.

Antonio, en raison de la masse de miracles qui lui sont attribués, a été canonisé l'année suivant sa mort par PpGrégoire IX.

La grande basilique qui lui est dédiée se dresse près du couvent de S. Maria Mater Domini. Trente-deux ans après sa mort, lors de la translation de sa dépouille, Bonaventura da Bagnoregio (canonisé en 1482) retrouva la langue d'Antonio intacte, aujourd'hui conservée dans la chapelle du Trésor de la basilique de la ville de Padoue dont il est le patron.

Le Vénérable Pie XII (Eugenio Pacelli, 1939-1958), qui en 1946 a inclus saint Antoine parmi les Docteurs de l'Église catholique, lui a donné le titre de "Docteur Evangélique», comme dans ses écrits et dans les sermons qui nous sont parvenus, il avait l'habitude d'étayer ses propos par des citations de l'Évangile.

Signification du prénom Antonio : « né avant » ou « qui fait face à ses adversaires » (grec).


Pour plus d'informations: Vie et Sermons de saint Antoine

Catéchèse du pape Benoît XVI : Saint Antoine de Padoue
[croate,français,Anglais,Italien,Portugais,espagnol,allemand]

San Antonio da Padova
Saint Antoine de Padoue

(la source gospeloftheday.org)


Son prénom est Ferdinand. Portoghese, di Lisbona, nasce in una nobile famiglia nel 1195, si suppone il 15 agosto.

Ha 15 anni quando entra nell’Ordine dei canonici regolari di Sant’Agostino. Si prepara al sacerdozio a Coimbra, nel monastero della Santa Croce e, ordinato all’età di 24 anni, viene indirizzato alla carriera di teologo e filosofo.

Mais il médite sur une vie religieuse plus sévère. Le tournant se produit en 1220 lorsque les restes de cinq missionnaires franciscains torturés et tués au Maroc arrivent dans l'église de Sainte-Croix.

De la règle augustinienne à la règle franciscaine

Fernando decide di lasciare i canonici agostiniani e di seguire le orme di Francesco d’Assisi e sceglie di farsi chiamare Antonio, per imitare il santo anacoreta egiziano. Matura una forte spinta alla missione e con questo ideale parte alla volta del Marocco.

Ma contrae una malattia e, costretto al riposo forzato, non può predicare. Non gli resta che rientrare in Italia. La nave sulla quale è imbarcato naufraga e giunge in Sicilia. Antonio viene curato e nel 1221 raggiunge Assisi, dove Francesco ha convocato tutti i suoi frati.

Voici une bonne occasion de le rencontrer en personne. C'est une simple réunion ; Antonio renforce son choix de suivre le Christ dans la fraternité et la minorité franciscaine et est envoyé en Romagne, à l'ermitage de Montepaolo. Ici, il se consacre avant tout à la prière, à la méditation, à la pénitence et aux travaux subalternes.

Antoine prédicateur

Nel settembre 1222 Antonio è invitato a predicare a Forlì: è la rivelazione del suo talento. Dalle sue parole emergono la profonda cultura biblica e la semplicità d’espressione.

RaconteL'Assidua, la prima biografia di Sant’Antonio: “La sua lingua, mossa dallo Spirito Santo, prese a ragionare di molti argomenti con ponderatezza, in maniera chiara e concisa”.

Da allora Antonio comincia a percorrere il Nord Italia e il Sud della Francia, predicando il Vangelo a genti e Paesi spesso confusi dalle eresie del tempo, senza risparmiare parole di correzione per la decadenza morale di alcuni esponenti della Chiesa.

L'année suivante, à Bologne, il est maître de théologie pour les frères en formation ; François lui-même lui confia la tâche et dans une lettre l'autorisa à enseigner, lui recommandant de ne pas négliger la prière.

Le choix de Padoue

Per i talenti che dimostra di saper mettere a servizio del Regno di Dio, Antonio, all’età di 32 anni, viene nominato superiore delle fraternità francescane del Nord Italia. In tale veste non si risparmia nelle visite ai numerosi conventi sotto la sua giurisdizione, ne apre di nuovi.

Intanto continua a predicare e ad attirare grandi folle, a trascorrere diverse ore nel confessionale e a riservarsi momenti per ritirarsi in solitudine. Sceglie di risiedere a Padova, nella piccola comunità francescana della chiesa di Santa Maria Mater Domini e, pur sostandovi per brevi periodi, instaura con la città un fortissimo legame, prodigandosi anche per i poveri e contro le ingiustizie.

Et c'est à Padoue que j'aiSermons, un trattato per formare i confratelli alla predicazione del Vangelo e all’insegnamento dei sacramenti, soprattutto la penitenza e l’eucaristia. La predicazione nella Quaresima del 1231 è considerata il suo testamento spirituale, cui è da includere la sua amorevole dedizione, per ore e ore, alle confessioni.

Celebrata la Pasqua, Antonio, già provato da problemi di salute e logorato dalle fatiche, acconsente a ritirarsi per un periodo di convalescenza; poi, con altri confratelli, accoglie l’invito a un periodo di riposo e meditazione in un piccolo romitorio a Camposampiero, a pochi chilometri da Padova. Chiede che gli venga adattato un semplice rifugio sopra un grande albero di noce, per trascorrere le giornate in contemplazione e dialogando con la gente semplice del borgo di campagna, rientrando nell’eremo solo la notte.

È qui che avviene la visione di Gesù Bambino. Il 13 giugno Antonio è colto da un malore; capisce che la sua ora è vicina e domanda di poter morire a Padova. Viene trasportato su un carro trainato da buoi, ma giunto all’Arcella, borgo alle porte della città, spira mormorando: “Vedo il mio Signore”.

Débiteur de saint Augustin dans ses pensées, Antonio combinait de manière originale l'esprit et le cœur, la poursuite de la spéculation et l'exercice de la vertu, l'étude et la prière. Docteur de l'Église, à Padoue on l'appelle simplement « le Saint ».

sources © Nouvelles du Vatican – Dicastère pro Communication

Sant'Antonio
Saint Antoine de Padoue

Aidez-nous à aider !

Sant’Antonio di Padova 3
Avec votre petit don, nous apportons le sourire aux jeunes patients atteints de cancer

Derniers articles

credere in Dio
14 avril 2024
Prière du 14 avril 2024
Dante and Beatrice Henry Holiday
14 avril 2024
Si gentil et si honnête il semble
Gesù e discepoli
14 avril 2024
La Parole du 14 avril 2024
Eugenio e Francesca con la bicicletta nel 2015
13 avril 2024
Prière du 13 avril 2024
Eugenio e Remigio mano nella mano, salita al Gianicolo
13 avril 2024
Donne-moi ta main mon garçon

Évènements à venir

×